top of page

Le Monthélie rouge a une belle robe rubis. Ses arômes expriment les petits fruits rouges et noirs (cerise, cassis), parfois des notes florales (violette, pivoine), orientés avec l’âge sur le sous-bois, la fougère et les épices. Ferme et veloutée, sa chair repose sur de fins tanins. Il partage avec Volnay l’image d’un vin féminin.

 

Au balcon des premiers reliefs de la Côte de Beaune, Monthélie (on dit Month’lie) se situe entre Volnay et Meursault. « Pittoresquement blotti contre l’arrondi de la colline comme la tête de saint Jean au creux de l’épaule du Christ, Monthélie ressemble à un village de Toscane » écrit Pierre Poupon.

Pentu et resserré, riche d’un château, de vieilles maisons et de bonnes caves, ce beau village fut longtemps placé sous l’autorité de l’abbaye de Cluny.
« Une poule y meurt de faim durant la moisson », prétend le proverbe : depuis toujours la vigne emplit en effet le paysage. Aujourd’hui, la personnalité de ses vins s’affirme pleinement. L’AOC a été instituée en 1937.

 

velouté et assez ferme, ses tanins doivent s’accompagner de viandes assez rondes en bouche, pourquoi pas avec quelques impressions croustillantes : des volailles rôties, dans la cuisse comme dans le filet, l’agneau rôti, le lapin. Les abats rôtis, tels que les ris de veau, le foie ou les andouillettes grillées sauront apprécier la fermeté du Monthélie, les tourtes à la viande se régaleront aussi de cet accord. Pour le fromage, le brillat- savarin, le brie, le reblochon.

Température de service : 15 °C

 

Monthélie Hauts Brins Rouge - 2018 - Eric Boigelot X 6 Bouteilles

180,00 CHFPrix
75 Centilitres
    bottom of page